Irina Shafiq.


Lun 3 Déc - 17:59
Serpentard
avatar
Fourchelang
Sang Pur
Âge : 25 ans.

Noises : 245
Voir le profil de l'utilisateur http://lumossolem.forumactif.com/t426-irina http://lumossolem.forumactif.com/t429-irina-shafiq#824
Serpentard
Irina Shafiq
ft. Marine Vacth

Nom de famille : Shafiq.
Prénoms : Irina.
Âge : 25 ans. Elle est née le 31 août 1945.
Nationalité : Anglaise.
Lieu de naissance : Londres, Hôpital Ste Mangouste.

Sang : Pur.
Père : Uther Shafiq, sang-pur anglais.
Mère : Pavla Ivanova, sang-pur russe.
Famille : Irina a un jeune frère, Lancelot Shafiq, qui se trouve encore à Poudlard. En dehors de lui et de ses parents, elle n'a personne d'autre.

Matière préférée : Métamorphose.
Personnage : Inventé.
Qui suis-je ?

D'une taille raisonnable d'un mètre soixante-dix, Irina est une femme à la peau pâle. Loin d'être maladif, elle est capable de prendre des couleurs en été. Tout dépend de l'endroit où ses pas la mènent. Sa chevelure ondulante s'avère être d'un châtain plutôt foncé, bien que l'éclairage peut parfois être trompeur et faire penser qu'elle est brune. Elle a des yeux mordorés, tirant sur du vert. Son nez en trompette s'élève au-dessus de lèvres pleines et rosés. Enfin, sur ce visage relativement agréable à observer, on peut remarquer un détail depuis quelque temps. Des cernes commencent à apparaître sur sa peau de poupée.

Pourtant, Irina n'appréciant que moyennement le maquillage et préférant rester naturelle, elle ne les cache pas. Il y a quelques exceptions évidentes, comme lors de soirée mondaine ou de bal, mais elle optera toujours pour afficher sa fatigue plutôt que prendre son visage pour une œuvre d'art à peinturlurer s'il n'y a aucune raison à cela.

Au niveau des vêtements, si elle porte souvent des robes sur son corps jugé parfois trop maigre par ses paires, elle est également parfaitement à l'aise en costume avec pantalon et ne se gênera pas pour en mettre, que ça plaise ou non. Certains de la haute sphère des sang-purs voient cela comme un manque de respect ou de considération pour sa noble naissance, mais la demoiselle préfère imaginer qu'il s'agit-là d'une manière imaginative d'exprimer son envie de liberté.

Car de liberté, elle en rêve depuis son plus jeune âge. La sorcière de bonne naissance a toujours eu un caractère explosif et ne s'est jamais laissé marché dessus par qui que ce soit. Elle ne courbe l'échine devant personne et, se connaissant, optera pour une mort certaine plutôt qu'une vie de servitude. Oui, Lord Voldemort ne l'aura pas dans ses rangs... Ce qui explique peut-être les cernes sur son visage, non ?

Courageuse, parfois rêveuse, ouverte d'esprit et avide de connaissance, l’aînée Shafiq est à la fois l’archétype du sang-pur et son complet opposé. Elle est capable d'étudier et d'utiliser la magie noire sans aucun scrupule (la consanguinité fait parfois des ravages) et n'est pas vraiment du genre à ressentir des remords ou des regrets, même si ça peut lui arriver. Cela dépend beaucoup de ce qu'elle fait et pourquoi elle le fait. Elle serait prête à tuer si elle pense que c'est pour une juste cause, comme elle ne supportera pas de blesser quelqu'un si elle ne le fait pas exprès. Elle est quelque peu paradoxale sur ce point.

Si Irina n'est pas réellement secrète, elle a appris à ne pas faire confiance à la première personne venue. L'univers dans lequel elle a grandi, celui des sang-pur, lui a appris à cacher certaines informations, même si ça ne lui plaît pas nécessairement. Par ce fait, une aura de mystère peut l'entourer et elle ne se gène pas pour l'entretenir.

Et quoi de mieux qu'une personne qui parait parfaitement sûre d'elle pour cela ? Elle possède une démarche franche, rapide, que l'on peut presque juger d'agressive. Elle n'est pas du genre à raser les murs et ne l'a jamais été. Non, elle était et est de celle qui marche au milieu des corridors ou des rues, le dos droit et la tête haute. Comme déjà dit, elle ne se laisse pas marcher dessus et rien que cette attitude le prouve.

Il existe également une information que seule sa famille et le professeur Dumbledore connaissent, ce dernier pour l'avoir surprise quand elle était étudiante à Poudlard. Irina est une Fourchelang, un don qui se transmet depuis des générations dans sa famille, même s'il en saute certaine. Elle a eu la chance ou le malheur, dépendant du point de vue, de le posséder. Ainsi, on pourrait croire qu'elle est une descendante de Salazar, à cause de la rumeur infondée disant que seul ses descendants possèdent ce don : il n'en est rien ou, si c'est le cas, elle n'en a aucune connaissance. Sa famille possède ce don, mais pour elle, ça ne vient pas du fondateur de la Maison Serpentard. Ce serait réducteur et elle déteste ça.

D'ailleurs, pour terminer, parlons de ce qu'elle déteste, puis de ce qu'elle apprécie. Elle ne supporte pas les personnes qui cherchent à trop enquêter sur elle, trouvant cela déplacé, mais surtout dangereux pour sa personne. Elle a effectué quelques activités lucratives loin d'être légales pour se détacher de l'ombre des Shafiq et de leur fortune, sachant qu'elle ne serait jamais leur héritière principale, ce privilège revenant à son frère.

Et parlant de son frère, c'est une des rares personnes qui l'a connaisse complètement et qu'elle adore. Elle tuerait sans hésiter pour le protéger et c'est par ailleurs dans l'espoir qu'il ne rejoigne jamais un certain mage noir qu'elle est prête à s'engager contre ce dernier. Elle n'en a pas réellement l'envie, pourtant, étant loin d'être suicidaire, mais pour Lancelot, elle est prête à tout.

Sur une note plus amusante, elle apprécie énormément la magie, sous toutes ses formes et le monde magique en général, pour les possibilités multiples que cela peut lui offrir. Imaginative, elle trouve que la plupart des sorciers se conforment à ce que la société attend d'eux, sans chercher plus loin et elle trouve ça dommage. Elle espère qu'un jour, ça changera, même si elle ne se voit pas être une révolutionnaire, même si certaines de ses idées ou, parfois, son comportement, peut laisser penser l'inverse.

Rêves & Ambitions

Irina rêve de liberté, ni plus, ni moins. Elle ne se voit pas devoir obéir toute sa vie à quelqu'un d'autre et ne le supporterait pas. Sa naissance, si c'est pour elle une bénédiction pour ce qu'elle lui a apporté, est également un fardeau. Les sang-purs ont des traditions et son père essaie de la forcer à les suivre, sans grand résultat la plupart du temps. Par ce simple fait, Irina a refusé tout mariage arrangé, recherche le véritable amour (et qu'importe qu'il s'agisse d'un sang-mêlé ou d'un né-moldu !) et espère pouvoir travailler dans ce qu'elle veut, quand elle le veut. C'est une voyageuse, une femme qui aime expérimenter, essayer et juger d'elle-même.

Elle sait également aussi que son frère, lui, est un peu trop enfoncé dans les dogmes sang-purs, elle est prête à prendre les armes contre le Seigneurs des Ténèbres, mais en même temps, cherche à le fuir. Ce n'est pas pour rien si elle a l'intention d'essayer d'entrer dans le corps professoral de Poudlard cette année : c'est une sécurité, autant pour garder un œil sur Lancelot, que pour empêcher les sbires du Seigneurs des Ténèbres de la poursuivre.

Histoire

Le 31 août 1945, Pavla Shafiq, née Ivanova, avait souffert le martyr durant l'accouchement. Elle n'avait pas eu le temps de prendre de potion pour la douleur et en ingurgiter une alors que le travail avait déjà commencé avait été déconseillé par les médicomages. Si cela n'avait tenu qu'à elle, Pavla ne se serait pas gênée malgré l'information, mais il s'agissait également de l'enfant d'Uther Shafiq, patriarche de la noble Maison et, le connaissant, elle savait que si elle avait osé, lui n'aurait pas hésité à la faire assassiner. Car leur mariage ne se reposait sur rien d'autre que le sang et non l'amour qu'ils se portaient : ce dernier était tout bonnement inexistant. Elle s'était donc pliée à sa volonté, comme toujours et avait espéré que son fils, car l'un comme l'autre était persuadé du sexe bien avant la naissance, sorte rapidement. Ce fut, à la surprise générale, une fille qui décida de pointer le bout de son nez, après trois heures de souffrance.

À la seconde où il la vit, Uther se détourna du bambin. Il ne l'intéressait plus. C'était un fils qu'il voulait. Il précisa à Pavla qu'elle pouvait la nommer comme elle le désirait, ça ne l'intéressait guère. Dans la famille Shafiq, les hommes avaient le pouvoir et possédait tous des noms tirés de la légende Arthurienne. Les femmes, elles, étaient reléguées au second plan, à des objets à marié pour des accords commerciaux. Non, il n'était pas bon d'être une femme dans cette famille. Pavla décida de lui donner un prénom qu'elle chérissait. Irina, venant du prénom grecque Eirênê, voulant dire paix. Elle espérait, sans y croire, qu'Uther et sa fille arriveraient à s'entendre.

Elle avait eu raison de supposer leur mésentente. Les cinq premières années de sa vie, Irina fut élevée par sa mère et uniquement celle-ci, ne voyant son père que durant un repas sur trois. Pavla avait bien tenté de la cadrer un minimum, mais très rapidement, la curiosité de la petite avait pris le dessus, ainsi que son tempérament quelque peu rebelle. Elle s'était donc amusée à visiter le domaine en échappant à sa vigilance, avait brisé quelques vases ou encore repeint quelques murs. Pavla avait finalement abandonné l'idée de l'éduquer correctement. Elle s'était même surprise à sourire quelques fois face aux idées de son enfant, sans pour autant l'encourager à continuer.

Son anniversaire finit toutefois par arriver, pour ses cinq ans. Du jour au lendemain, Uther s’intéressa à sa fille. Dans le bon sens du terme ? Non. Il voulait s'assurer du bien-fondé de son éducation et remarqua très rapidement qu'Irina ne connaissait que très peu les coutumes ou les obligations dues à son rang. Pour les punir, l'homme décida de les séparer. Pavla était incapable d'éduquer correctement sa fille ? Soit. Il allait le faire lui-même et si elle ne se pliait pas à ses ordres, il sévirait.

Il ne s'était toutefois pas attendu à une telle force de caractère. Irina n'était pas du genre à se laisser faire facilement. C'était en partie parce que Pavla lui avait passé beaucoup de caprice, l'avait rarement rabroué, mais aussi parce qu'elle était née avec un caractère particulier pour une femme sang-pure. Uther tenta bien de la cadrer, mais lui-même n'y parvint pas complètement. Il ne se gêna pas pour sévir avec elle, parfois avec des méthodes peu orthodoxes. C'est ainsi qu'Irina commença à développer son imagination pour parvenir à tromper l'homme et pouvoir continuer ses bêtises en toute impunité. Pour ce faire, elle ne se gêna pas d'apprendre tout ce qu'il y avait à savoir sur la manière dont devait être une sang-pure. Elle essaya également, sans vraiment y parvenir à chaque fois, de se comporter comme telle devant son patriarche et les personnes qu'il lui présentait parfois. En même temps, elle ne se gênait pas pour visiter les bibliothèques malgré les sections parfois interdites quand elle apprit à lire ou encore à aller dans les écuries pour y voir les bêtes que son géniteur possédait.

Ainsi, de ses cinq ans à ses dix ans, presque onze, elle ne vit pas sa mère une seule fois, sans pour autant arrêter de penser à elle, jusqu'au jour où elle dut se rendre en urgence avec son père jusqu'à l'hopital Ste Mangouste. Là-bas, la femme mettait au monde le second enfant du couple arrangé. Un garçon, cette fois-ci et Uther le prit à la seconde où il le put, ne laissant pas sa femme le toucher malgré sa demande. L'homme lui offrit le nom de Lancelot. Irina, pour sa part, en profita pour retourner près de sa mère, qui lui offrit un sourire fatigué. Avant de partir, Uther prévint sa femme qu'il lui laissait à nouveau Irina, mais qu'elle avait intérêt à l'élever correctement. Pour sa part, il élèverait Lancelot comme il se devait de le faire, d'après ses propres mots.

Quelques jours plus tard, Irina recevait sa lettre pour Poudlard et Pavla l'amena sur le chemin de travers pour lui offrir vêtements, fournitures et baguette. Irina reçut une baguette possédant une plume de phénix, avec un bois d'acacia et mesurant 29,9 centimètres. Une baguette particulière refusant tout ordre venant d'une autre personne que sa propriétaire, apprit la demoiselle du vendeur. Le premier septembre, un jour après son anniversaire, ce fut un au revoir difficile qui se joua sur la voie 9 3/4, la demoiselle ne voulant pas quitter la femme qu'elle venait à peine de retrouver.

À Poudlard, Irina devint rapidement une étudiante connue du corps professoral pour sa fâcheuse manie à enfreindre le règlement. Sortir la nuit, visiter la forêt interdite (sans toutefois aller trop profondément) ou encore visiter la réserve quelques fois sans en avoir l'autorisation ne sont que quelques exemples de ses transgressions. Elle était pourtant une bonne élève, essayant d'avoir la moyenne partout. Elle n'y arrivait pas forcément, la simple vue du professeur Binns la faisait dormir, par exemple, mais son comportement en classe et dans la vie d'internat était à l'opposée l'une de l'autre. Ce fut d'ailleurs, en partie pour cela, que le professeur Dumbledore finit par découvrir pourquoi elle allait dans la forêt interdite : elle allait parler à un serpent, qu'elle avait rencontré par hasard au début de sa première année. Après la conversation qu'elle eut avec le vénérable sorcier, elle accepta de ne plus retourner dans la forêt à cause de sa dangerosité. Elle n'arrêta toutefois pas ses visites annuelles en retenus et perdit un grand nombre de points sans vraiment s'en soucier.

Elle parvint toutefois à passer ses BUSEs et ses ASPICs le moment venu, en se calmant un peu. Les trois dernières années à l'école, elle se pondéra énormément et se concentra complètement sur ses études pour ne pas les rater. Elle savait que c'était son seul moyen pour, ensuite, gagner de l'argent par elle-même.

À sa sortie de Poudlard, elle eut enfin le droit de revoir son frère pour la première fois depuis huit ans, non sans avoir passé quelques tests auprès de son paternel. Elle passa quelques mois avec Lancelot, jouant avec lui, apprenant à le connaître et inversement. Ce n'était pas anodin, Uther ayant cherché en réalité à l'amadouer, jusqu'à la tirer vers quelques soirées mondaines, où elle apprit qu'elle allait être mariée contre son gré. Elle était adulte maintenant et pouvait enfanter, il était donc temps d'organiser des épousailles avant qu'elle ne devienne trop vieille, toujours d'après son géniteur. Elle comprit à ce moment-là qu'elle n'était qu'une marchandise et, refusant poliment le mariage devant les parents de son promis et son propre père, elle tenta de partir. Celui-ci la rattrapa rapidement et la prévint qu'il ne lui donnait pas dix ans pour se marier, avec un sang-pur, sous peine de la renier et que ça avait intérêt à lui profiter. Il prétendit qu'elle venait déjà de le placer dans une situation compromettante, alors que si elle voulait se trouver elle-même un époux, il lui en donnait le droit, mais qu'elle avait intérêt à faire vite. Irina quitta le domaine en froid avec son père, non sans embrasser son frère et sa mère. Celle-ci lui souhaita d'ailleurs bonne chance pour sa vie future. Elle connaissait suffisament sa fille pour savoir que son intention était à l'opposé des ordres qu'on lui adressait. Elle avait toujours eu du mal avec l'autorité.

Après cet épisode, n'ayant pas d'argent et ne sachant que faire de sa vie, la sang-pure chercha du travail dans divers domaines, sans jamais en trouver. Son père avait fait savoir qu'il refusait qu'elle travaille et ne se gênait pas pour payer les probables employeurs pour s'assurer que ça n'arrive pas. Sans trop avoir le choix, la demoiselle finit par se tourner vers des commerces plus illégaux. Elle travailla ainsi dans des boutiques malfamées, au début comme vendeuse, avant de démontrer certains talents utiles.

Ainsi, à partir de ses vingt ans et durant cinq ans, elle voyagea à travers le monde et visita de nombreux pays à la recherche d'artefacts anciens, couteux, dans l'optique de les revendre au marché noir. Ce n'était pas reluisant et en même temps, elle devait avouer que cette vie lui convenait. Elle n'avait pas de patron si ce n'était elle-même, affinait ses connaissances du monde et de la magie et découvrait des secrets inavoués depuis plusieurs siècles. Une vie passionnante et si elle s'était écoutée, elle aurait continué.

Malheureusement, sa naissance et son sang finirent par la rattraper. Elle apprit d'une lettre de son père qu'elle était attendue au manoir Shafiq. En y arrivant, elle comprit rapidement que quelque chose n'allait pas. Des personnes vêtues de noir encadraient l'endroit et alors qu'elle s'approchait, elle finit par remarquer leurs masques. Prise d'un mauvais pressentiment, elle décida de s'enfuir avant qu'il ne soit trop tard. Elle fut ainsi poursuivie pendant plusieurs jours, avant de finalement se cacher dans l'auberge à Pré-au-Lard, la Tête de Sanglier.

Là-bas, le gérant lui apprit tout ce qu'il y avait à savoir sur celui qui se faisait désormais appeler le Seigneur des Ténèbres et ses fidèles, les mangemorts. Irina comprit ainsi que ses parents s'étaient laissés embrigader par ses promesses de pouvoir. Elle pensa alors à son frère, maintenant à Poudlard, avec qui elle n'avait eu de cesse d'échanger par lettre. Elle prit de ses nouvelles et comprit à sa lettre, alors qu'il n'avait que quatorze ans, qu'il trouvait les idées de Voldemort plutôt alléchante. Ne sachant que faire d'autre, la Shafiq décida d'envoyer une lettre à Dumbledore pour lui demander entretient, ayant entendu parlé qu'il peinait à trouver des candidats au poste de défense contre les forces du mal. Elle espérait ainsi pouvoir garder un oeil sur Lancelot, mais également échappé aux Mangemorts qui la poursuivait.

Et qui sait ? Pourquoi pas rejoindre l'Ordre du Phénix, si on lui proposait ? Elle n'avait pas encore conscience de son existence, mais si elle pouvait combattre Voldemort et empêcher Lancelot de s'embrigader par ce biais, elle ne se gênerait pas.

A votre propos

Présence sur le forum : Autant que possible, j'essaierai de passer un peu tous les jours, mais il y aura forcément des moments où je ne pourrais pas le faire.
Un dernier p'tit mot ? Un jour, j'ai fait face à Nundu. Il m'a regardé dans les yeux, je l'ai regardé dans les yeux. Il a fait un pas en avant et je me suis redressé et j'ai rugi. Et là, il a ri. "T'es sérieux ? Tu crois me faire peur ?" Alors j'ai pleuré et j'ai fui.



Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Déc - 18:05
Serpentard
avatar
Sang Pur
Âge : 15 ans

Noises : 736
Voir le profil de l'utilisateur http://lumossolem.forumactif.com/t415-alaryc-yaxley http://lumossolem.forumactif.com/t414-alaryc-yaxley http://lumossolem.forumactif.com/t418-alaryc-yaxley
Serpentard
Bienvenu parmi nous Irina !
J'aime beaucoup ton personnage Smile


Au plaisir de te croiser lors d'une de mes nombreuses escapade maybe ! Very Happy


Mais vous savez, on peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière. #HP
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Déc - 18:34
PNJ
avatar
Noises : 0
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Irina Shafiq

Hmmm... Oui... Je vois... Intéressant... Peut-être que... Oui... Je crois que tu serais parfaitement à ta place à...



Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumos Solem :: Communauté magique :: Répartitions :: Répartitions validées-