AccueilPortailRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nostalgie à Godric's Hollow - Libre

 :: Wizarding World :: Royaume-Uni
Jeu 3 Jan - 17:04
feat. everyone
Nostalgie à Godric's Hollow


Noël en famille, ç'avait toujours été un cauchemar, pour Lullaby Carrow. Tous les ans, c'était la même chose : la famille réunie, au grand complet (excepté quelques cousins) et un beau rassemblement de mangemorts en bonne et due forme. Dès la fin de ses études, dans un futur évanoui dans le Temps, Lulla n'avait plus jamais mis les pieds dans la demeure familiale, et encore moins aux banquets de fêtes.

Cette année n'échappait pas à la règle, bien que la jeune fille soit revenue à l'âge ingrat de dix-sept ans. Dix-huit le vingt-cinq décembre. Elle n'avait même pas envisagé une seconde l'éventualité de fêter son anniversaire en famille. À la place, dès le début des vacances de Noël, elle avait pris une chambre à Pré-au-Lard. Rester au château n'était pas une option, car elle ne supportait toujours pas la vie en communauté rapprochée. Au moins, là, elle était libre. Et, majeure, pouvait faire pratiquement tout ce qui lui plaisait. Personne n'était là pour lui donner des ordres ou des corvées.

Passer les fêtes de fin d'année à quelques miles de l'école n'était pas idéal, mais Lulla appréciait tout de même l'euphorie qui avait envahi les rues, au fur et à mesure qu'on approchait de la fin du mois. Parfois, pour rêver un peu, elle s'imaginait que les sorciers, là dehors, étaient heureux parce qu'une fête avait été organisée pour son anniversaire. Puis elle revenait, les pieds bien tanqués dans la réalité, et replongeait dans une humeur morose.

Cette année était unique en son genre, puisqu'on fêtait Noël pour la seconde fois de l'Histoire en 1970. Un élan de nostalgie avait envahi Lulla dès le premier jour de décembre. En effet, dans le passé/futur, c'était au cours de ce mois-là qu'elle avait tué pour la première fois… vingt-sept ans plus tard. Soit un an auparavant. Difficile à suivre, cette chronologie anachronique, n'est-ce pas ?

Ça s'était passé à Godric's Hollow, en décembre 1997. Enceinte de quatre mois, elle avait été envoyée par Thicknesse enquêter sur une étrange histoire concernant Bathilda Tourdesac, dans le village si célèbre. D'après un témoin moldu, oublietté depuis, la vieille dame aurait ouvert sa porte à un étrange individu encapuchonné. Peu de temps après, un éclair de lumière verte avait illuminé les fenêtres de la bâtisse. Cependant, Bathilda avait été aperçue par plusieurs habitants sorciers de Godric's Hollow dans les jours qui avaient suivi.

Lorsque Lulla était arrivée sur les lieux, au coucher du soleil, elle s'était immédiatement cachée sous un porche, non loin de l'entrée de la maison de Tourdesac. Depuis son poste d'observation, elle avait pu entrevoir l'ombre de la vieille dame à travers l'une des fenêtres de l'étage. Quelle n'avait pas été sa surprise lorsque, deux jours après le début de sa planque, Lulla avait entendu un "CRAC" sonore dans la nuit tombante et vu les très recherchés Harry Potter et Hermione Granger surgir au beau milieu de la place enneigée du village.

Sans faire un geste, ni prononcer un mot, elle étudia les visages des deux adolescents. Ils firent d'abord un tour par le cimetière de Godric's Hollow où Harry s'arrêta de longues minutes sur la tombe de ses parents, puis dirigèrent leurs pas droit sur la maison de Bathilda. Fébrile comme jamais, Lulla ne bougea pas un cil et ne perdit pas une miette de la scène : la porte d'entrée s'ouvrit sur un hall d'entrée obscur, et les deux jeunes gens pénétrèrent à l'intérieur de l'inquiétante bâtisse.

De longues minutes s'écoulèrent dans un silence tendu. L'oreille aux aguets, Lulla tenta de distinguer un mouvement à l'intérieur de la maison. Elle crut apercevoir l'ombre de la petite Granger passer devant une fenêtre, mais nulle trace des deux autres.

Soudain, un grand bruit secoua la nuit, à l'étage de la demeure de Tourdesac. Il se passait quelque chose, et Potter était en grand danger, l'instinct de Lulla le lui soufflait. Que faire ? Se lancer dans le combat sans savoir ce qu'elle devrait affronter, ou attendre sagement d'identifier le danger ?

Elle n'eut pas à réfléchir bien longtemps, puisqu'une silhouette encagoulée transplana à quelques mètres du portillon d'accès à la maison. Un mangemort. Lequel ? Lulla n'en avait pas la moindre idée, mais elle ne prit pas le temps de se poser la question. Elle sortit de l'ombre sans un bruit, sans un mouvement de cape, leva sa baguette magique et la pointa vers l'intrus.

- Vous êtes en état d'arrestation. Qui que vous soyez, tournez vous lentement et déposez votre…

Lulla n'eut pas le temps de terminer sa phrase que la silhouette masquée se retourna vivement et dressa brusquement sa baguette sur elle. Sans réfléchir, elle lança le plus puissant Protego qu'elle eut jamais créé. Un éclair de lumière rouge jaillit de la baguette du mangemort, et vint frapper le bouclier avec une telle force qu'il se retourna instantanément contre son auteur. Sans un mot, le mangemort s'écroula, et Lulla resta là, la baguette brandie, comme si le temps s'était arrêtée autour d'elle.

Pendant ce temps, dans la maison de Bathilda, le tumulte continuait. Lullaby reprit rapidement ses esprits et porta son regard sur les fenêtres de l'étage. Des éclairs lumineux jaillissaient d'une baguette, sans doute celle d'Harry, pensa-t-elle. Elle allait se précipiter sur la porte d'entrée lorsqu'un frisson glacé lui parcourut l'échine. Un instinct sûr l'avait jusqu'à présent gardée en vie, et ce soir ne faisait pas exception à la règle. Elle l'entendit avant de le voir. Un nouveau "CRAC" fendit l'air froid et Lulla se retourna juste à temps pour distinguer la haute silhouette squelettique et reptilienne alors tant redoutée. Voldemort était à Godric's Hollow.

Lullaby Carrow avait transplané sur le champ, laissant Harry Potter aux mains du seigneur des Ténèbres.

De retour au ministère, la jeune femme avait réclamé une audience immédiate avec Pius Thicknesse. Elle lui avait fait un rapport détaillé de ce qu'il s'était passé à Godric's Hollow avant de s'effondrer dans un fauteuil. Le ministre l'avait écoutée, visage plus fermé encore que d'ordinaire, les mains croisées sur son bureau, puis lui avait demandé de rentrer chez elle, et d'y rester jusqu'à la fin de sa grossesse, au moins.

Lulla avait pris cela pour une atteinte personnelle à son intégrité, sur le coup. Mais, après discuté avec son époux, était parvenue à la conclusion que Thicknesse l'avait jugée trop fragile pour gérer la situation correctement, compte tenu de l'enfant qui grandissait en elle. Elle avait donc accepté le repos forcé.

Aujourd'hui, en ce jour de Noël 1970, la jeune Préfète-en-Chef de Serdaigle avait délaissé sa chambre à Pré-au-Lard pour se rendre sur les lieux de sa dernière investigation. Plantée comme un piquet devant la maison d'une Bathilda Tourdesac encore bien vivante, elle attendait, sans savoir quoi, que quelque chose ou quelqu'un vienne la tirer de sa léthargie et de ses souvenirs.

_______________________________________

Vous n'êtes rien d'autre que des humains auxquels la nature a choisi d'offrir des pouvoirs immenses, mais qui pourrissent sans même y songer dans les limbes de leur propre médiocrité.
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby S. Carrow
Administration
Lullaby S. Carrow
J'ai : 18 ans et j'appartiens à la maison : Serdaigle - Je suis de sang : Pur - Je suis : en 7ème année à Poudlard, préfete-en-Chef et stagiaire chez Fleury & Bott - Infos : : Légilimens/Occlumens - Mon avatar est : Jaimie Alexander
Niveau : : Cracmol

Parchemins : : 65 - Dragées : : 0

Lun 7 Jan - 23:20


Samara n'avait pas réussi à rester chez son père, non impossible malgré les demandes des plus jeunes. Le repas déjà bien tendu, s'était déroulé presque en totalité dans un silence pesant. Tyana et Jason exception faites, ces deux là ne rataient jamais une occasion de parler mais surtout de chahuter ensemble. Et bien que de les voir aussi bien adapter à se retour dans le passé, qu'ils reprennent leurs habitudes, comme si de rien n'était.

*Ils jouent cette comédie à perfection. Ils m'épateront toujours. Ces enfants seraient capable de berner tout le monde si ils le souhaitaient.*

Ce constat la mit mal à l'aise, car bien que Matthew, leur père, comme tout les moldus n'avaient pas conscience de se retours dans le passé, la brune pourrait facilement se laisser à voir par les jumeaux. Et le fait qu'une fois leurs études fini, ils aient tous plus ou moins été débordés par leurs vies, donc perdus un peu contact la serdaigle ne savaient pas quel camp ils choisiraient cette fois. Après tout, Tyana qui fut un peu persécutée en allant à l'école primaire moldu avait énoncé qu'elle pouvait concevoir que des sorciers se sentent supérieur aux non mages. Ce qui choqua son aînée qui avait tout fait pour préserver cette douceur, son côté angélique qui la caractérisait tant. Sentant qu'elle se perdait dans la contemplation de celle qu'elle aimait comme son propre enfant et dans ses pensées Sam se leva pour couper court à tout ce cirque.

Je suis désolée, mais je ne peux pas rester plus longtemps. Je... Je dois me rapprocher du cha.. De l'école. Donc je vous laisse. Tyana, Jason vous avez vos cadeaux au pied du sapin. Vous m'enverrez une lettre à l'école pour me dire ce que vous en avez pensé. J'espère que ça vous plaira. Et... A non Tya' ne fait pas cette tête s'il te plait ma grande. Aller, venez me faire un câlin, même si je sais que vous êtes trop grand pour ça.

Les jumeaux bougonnèrent, et firent une tête de six pieds de long mais et ce malgré la grimace de Jason, ils répondirent à sa requête. Bon Jason, se dégagea bien vite, le visage rouge de gêne mais un petit sourire éclairait son visage de petit branleur. Tyana, elle, comme toujours restait blottie contre elle, inspirant profondément, comme si c'était la dernière fois qu'elles se voyaient. Et la retenir un maximum de temps.

Petit crapaud, ma puce il faut que tu me lâches, s'il te plait. J'ai vraiment besoin que tu me lâches, je ne peux pas rester ici plus longtemps. Tu sais très bien que je ne suis pas aussi bonne comédienne que toi. Et je n'ai pas le cœur aussi pur, je ne pardonne pas comme tu es capable de le faire. S'il te plait, veille sur notre frère. Protégez vous et si ça dégénèrent vous filez par le magicobus. Tu m'as bien compris ?

Un faible oui lui répondit. Leur père avait au moins eu la décence de quitter la pièce pour laisser la fratrie ce dire au revoir. On pouvait au moins lui reconnaître, un minimum de bon sens et d'intelligence quand il était sobre. Réussissant à se débarrasser de la petite glu, la sorcière alla récupérer son long manteau noir. Sa baguette étant cachée dans une poche interne de ce dernier, Sam pourrait appeler le magicobus. Au moment de sortir, vêtue de sa robe noire, ses talons et son long manteau, elle fut retenue par Johnson père.

Sami attends s'il te plait.

Se crispant en entendant ce petit surnom, elle se figea puis se retourna doucement. Pour le regarder et l'écouter. D'ailleurs il reprit vite la parole. Il lui tendit un petit paquet, grossièrement enveloppé.

Prend ça, ce n'est rien mais les nuits sont froides et je savais que tu ne resterais pas ici. Alors prend ça. C'est une écharpe.

Elle s'empara du paquet, tout en murmurant un faible merci, avant de s'enfuir de cette maison si pleine de mauvais souvenirs, en tirant sa malle .Se dirigeant vers une petite ruelle faiblement éclairer et après s'être assuré que personne ne rôdait autour, elle sortit sa baguette, fit un geste puis patienta quelques secondes en voyant son moyen de locomotion arriver. Quand ce dernier fut là, sans savoir pourquoi, au lieu de parler du chaudron baveur, la demoiselle annonça une toute autre destination

Je voudrais aller à Godrics Hollow s'il vous plait.

Encore une... Cette ville attire plus de monde que jamais depuis ce flash-back.

Ne réagissant pas à cette remarque, la demoiselle, devenue une habitué de ce bus de fous prit place dans un lit aussi loin possible des quelques passagers présent et tenta de se reposer avant que ce soit à son tour de descendre. Le voyage toujours aussi chaotique, ne dura heureusement que peu de temps. Quand le contrôleur annonça sa destination, la demoiselle se hâta de récupérer sa malle et fila hors du transport en commun sorcier. Sur cette grande place, l'adolescente ne put que retrouver un peu de son âme d'enfant, tout ici reflétait l'esprit de noël qui avait déserté son cœur depuis si longtemps. Mue par son instinct la bleue et bronze prit le chemin de ce qui sera ou était le sanctuaire de tout les porteurs d'espoir. Le chemin lui revint en mémoire sans même qu'elle n'est besoin de réfléchir, pourtant elle ne s'y était rendu qu'une seule fois. Heureusement pour elle, la pleine lune n'était que pour la semaine prochaine, alors aucun risque qu'elle ne s'en prenne a quiconque. Cela faisait deux mois déjà que son changement avait eut lieu. Deux mois qu'elle tentait de s'acclimater à cette nouvelle version maudite d'elle même.

*Non ma fille, ne pense pas à ça, certes tu te retrouves dans un lieu déjà visité mais tout a changé, rien ne sera comme avant. Alors ressaisit toi ! *

Tout en continuant à tirer sa grosse valise, elle marcha d'un bon pas mais s'arrêta net, à deux pas de sa destination en voyant une silhouette assez familière non loin de là. Cela la perturba, devait elle continuer sa route voir qui était là, faire comme si elle ne venait pas devant ce lieu de pèlerinage. Optant pour la première solution, quelle ne fut sa surprise en reconnaissant une élève de sa maison, la préfète en chef. Gardant un visage neutre, elle se mit à côté de cette fille qui semblait perdue dans ses pensées. Des pensées torturées et un poil sombre si on se fiait à son regard. Une fois encore, sans trop comprendre pourquoi, elle agit. Elle tendit la main et frôla l'épaule de sa supérieur.


Lulla, que fais tu ici par ce froid ?

Ne voulant pas se montrer trop intrusive envers l'autre serdaigle, qu'elle connaissait à peine d'ailleurs, elle ne posa pas plus de questions. Patientant simplement en regardant cette belle demeure qui fut, pour eux il n'y a pas si longtemps un amas de débris reflétant la furie d'un monstre.

*Que va t'il advenir de toi Harry Potter ? Vas tu ne serais que venir au monde dans cette nouvelle réalité ? *


Penser que ce garçon puisse ne pas naître, laissa un vide dans le cœur de cette jeune fille pourtant insensible, enfin en dehors d'avec les jumeaux.


_______________________________________

Of course it is happening inside your head,
but..  
Why on earth should that mean that it is not real?
Revenir en haut Aller en bas
Samara Johnson
Modération
Samara Johnson
J'ai : 15 ans et j'appartiens à la maison : Serdaigle - Je suis de sang : mêlée - Je suis : en 5ème année, préfète - Infos : : Loup Garou - Mon avatar est : Danielle Campbell
Niveau : : Cracmol

Parchemins : : 305 - Dragées : : 4

Mer 6 Fév - 20:53
feat. everyone
Nostalgie à Godric's Hollow


Une main inconnue vint doucement frôler son épaule, ce qui fit violemment sursauter Lulla. La jeune fille se retourna vivement et découvrit le visage inquiet de son homologue de Serdaigle, version deux ans de moins. La bouche légèrement ouverte par la surprise, les yeux en alerte, Lulla mit quelques secondes à retrouver un rythme cardiaque normal.

Tiens, Samara, bonsoir. Je ne t'ai pas entendue arriver… ce qui était étrange, d'ailleurs, car Lulla se laissait rarement distraire à ce point. Je… euh… je suis venue faire une petite visite à Godric's Hollow, j'aime voir ce village sous la neige… c'était la seule explication plausible et pas effrayante qu'elle ait pu trouver, au pied levé. Et toi ?

La jeune Carrow s'étonna de se montrer aussi avenante avec un autre être humain. Sa plongée nostalgique dans le passé/futur l'avait visiblement plus ébranlée qu'elle ne l'aurait cru. Mais, après tout, Samara n'avait jamais été désagréable avec elle, les quelques rares fois où elles s'étaient parlé. Alors aucune raison valable de la mépriser ou de l'envoyer sur les roses. Et puis, vu les circonstances, il était peut-être préférable pour Lulla d'avoir un peu de compagnie, et quelqu'un avec qui discuter. Cela lui changerait les idées. Elle n'avait plus du tout envie de penser à la mort, au danger ni aux menaces…

Le quotidien était suffisamment pénible à supporter pour ne pas, en plus, s'encombrer d'un passé nébuleux et d'un avenir aussi sombre. Lulla se força à chasser les fantômes de son esprit, fronça les sourcils pour aider son cerveau à dégager les mauvaises ondes, et se concentra sur le doux visage de la préfète de Serdaigle.

_______________________________________

Vous n'êtes rien d'autre que des humains auxquels la nature a choisi d'offrir des pouvoirs immenses, mais qui pourrissent sans même y songer dans les limbes de leur propre médiocrité.
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby S. Carrow
Administration
Lullaby S. Carrow
J'ai : 18 ans et j'appartiens à la maison : Serdaigle - Je suis de sang : Pur - Je suis : en 7ème année à Poudlard, préfete-en-Chef et stagiaire chez Fleury & Bott - Infos : : Légilimens/Occlumens - Mon avatar est : Jaimie Alexander
Niveau : : Cracmol

Parchemins : : 65 - Dragées : : 0

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: